Galerie pour Le prince-caniche, couverture, quatrième et lisibilité de la page

 

La première fois que j’ai lu Le prince-caniche, c’était dans l’un des nombreux tirages faits au XIXème et que l’on trouve entre 18 et 30€ sur abebooks.fr (Editions Charpentier pour le mien).

Sa lecture me parue difficile, mais après 5 à 10 pages, j’ai compris.

La difficulté venait d’une typographie uniforme, en conflit avec un texte alternant les structures et les styles.

Au XIXe, le seul fait de changer de police de caractère sur une même page était trop coûteux pour ne pas être réservé à des éditions de luxe.

Or notre auteur jongle ici avec les sauts de formats dans le corps du texte mais aussi dans les dialogues, en insérant des discours ou des lectures. Sans une mise en page adaptée, on peut s’y perdre.

La nouvelle mise en page qui vous est proposée chez STEGGOF, et à ce jour en exclusivité car les éditions plus récente n’ont rien réglé, vous permet de mieux profiter du plaisir de lire son style, sans plus avoir besoin de chercher «qui parle?» tant c’est rendu évident et intuitif par les nouveaux jeux de marges ou de polices de caractères.

C’est pourquoi nous ne pouvons qu’inviter ceux qui hésitent à comparer les offres.
La nôtre correspond non seulement au meilleur rapport qualité prix, mais même à la meilleure offre tout court; ce qui nous permet de paraphraser un vieux slogan pour affirmer:

Il y a plus cher, mais c’est moins bien !

 


Ouverture du livre Le prince-caniche par STEGGOF

 


 

 

Le prince-caniche, la page…

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *